Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2014

La fièvre de l'heure!

Le 11 décembre, l’ultime vente aux enchères de Haute Horlogerie chez Sotheby’s pour l’année 2014 a réalisé 7,2 millions $. Avec le total de cette vente New-Yorkaise, le résultat annuel de Haute Horlogerie chez Sotheby’s au niveau mondial atteint 100,1 millions en 2014 – le meilleur résultat annuel dans ce domaine de toute l’histoire de la maison de vente. Depuis vingt ans, le marché des montres Vintage connaît une progression fulgurante. Mais qui sont les protagonistes de ce juteux marché?
Il y a deux sortes de collectionneurs·» disait le spirituel auteur dramatique français Sacha Guitry,·«·celui qui cache ses trésors et celui qui les montre - on est placard ou bien vitrine·». Propriétaire de la marque Urban Jurgensen et expert international réputé, le Docteur Helmut Crott en distingue aussi deux espèces, mais basées sur leur surface financière. Le marché du vintage  serait selon lui animé par une clientèle d’une centaine de collectionneurs ou marchands dans le monde prêts à dépenser …

Trente millions pour commencer

L'Apple Watch sortirait finalement en février prochain. Selon une information provenant de fournisseurs chinois de la marque à la pomme, une commande de 30 millions de montres serait en cours d'exécution. Trente millions, c'est à peu près ce que représente la production annuelle des Suisses, dont la majeure partie motorisée par du quartz. Alors, même pas peur?

Suivez-nous aussi sur www.watchme-online.be

Watchme devient un mensuel en ligne sous le nom de watchme-online.be

Magazine consacré à l’actualité horlogère et à ceux qui la font, le n°1 est désormais en ligne. En vedette ce mois-ci, une plongée dans les coulisses deA.Lange & Söhne vingt-cinq ans après la renaissance de la manufacture saxonne. Au sommaire également, une rencontre avec Philippe Léopold-Metzeger, CEO de Piaget, la présentation de nouveautés, et les potins qui agitent l’ »horlosphère ». Bonne lecture ! www.watchme-online.be

Baselworld 2014

Ice souffle le show par Patrick Delaroche

Champagne rosé et potée ardennaise formaient un mariage très ICE pour fêter l’arrivée cette année du « petit Belge » au sommet de la Halle 1,fief des grandes marques internationales. Une « petite consécration »pour reprendre les mots du fondateur de la marque, Jean-Pierre Lutgen, et surtout un tremplin pour ses nouvelles ambitions : s’implanter dans le paysage du Swiss made, lui qui a bâti jusqu’ici son succèssur une production exclusivementchinoise.Après un record de ventes en 2012, mais une période moins faste l’an passé, le Bastognard n’a pas tardé à rebondir. Une semaine après avoir annoncé l’acquisition d’une marque « niche » de fabrication Suisse (Patton)  il a en effet officialisé le lancement en juin prochain à Genève de la Ice Swiss. Intégrées au groupe Ice nouvellement formé, ces trois marques, dont deux Swiss made, représenteront désormais une offre horlogère couvrant une échelle de prix allant de 59€ à 1800€. En attendant, Ice-Watc…

Droits d'auteur

Et les Shadoks pompaient, pompaient...par Patrick Delaroche


... et sur le web ça pompe pas mal aussi, plus seulement avec l'habituel copié-collé de dossiers de presse, mais aussi sur des blogs horlogers comme le mien qui essayent d'apporter  leur éclairage personnel sur l'information. Ainsi ai-je eu la surprise de retrouver mon post  sur les montres Patton (Groupe Ice) du 24 mars dernier repris in extenso sur un site français sans aucune mention de l'auteur. C'est pourquoi je rappelle aux éditeurs intéressés par mes articles qu'ils peuvent en acquérir les droits moyennant rémunération, et demande à mes amis blogeurs sur des sites non commerciaux de bien vouloir signaler leur source.

Baselworld 2014

Cellini, l'autre visage de Rolex par Patrick Delaroche

Il souffle un indéniable vent de fraîcheur sur le groupe Rolex, où tant la marque éponyme que sa petite soeur Tudor signent un millésime à marquer d'une (grosse) pierre blanche. Honneur d'abord au champion de la montre de luxe qui a totalement ré-inventé cette année une collection Cellini qui jusqu'alors vivotait à l'ombre des Oyster. Cette fois, pas de doute, voilà un nouveau classique qui à toutes les chances de s'imposer: une taille élégante (39 mm de diamètre), un design joliment épuré avec des détails raffinés (comme le fin cannelé typique de Rolex autour du cadran et du fond vissé), un calibre automatique manufacture inédit certifié chronomètre COSC, et des tarifs raisonnables pour une collection composée uniquement de montres en or (everose ou or gris).  La 3 aiguilles Cellini Time est annoncée à 10 350 euros, la Cellini Date (calendrier à aiguille) à 12 100, et la Dual Time à double fuseau horaire …

Baselworld 2014

Patek Philippe: complis de velours dans boîtes d'acierpar Patrick Delaroche
La rareté des montres à complications en acier de la manufacture genevoise (20% de sa production) en font des pièces particulièrement appréciés des collectionneurs. Ceux-ci seront donc ravis d'apprendre que les deux principales nouveautés de Patek Philippe présentées cette année à Baselworld font partie de ces exceptions. Le nouveau Chronographe à Quantième Annuel (réf. 5960/1A) reprend un calibre né en 2006, initialement sorti en platine, puis sujet à différentes déclinaisons en or, toutes remplacées aujourd'hui par cette version acier. Le nouveau modèle se distingue de ses prédécesseurs par des détails marquants comme son bracelet  à maillons "goutte" pour la première fois réalisé en acier, et un cadran gris argenté restylé dans un style plus contemporain et technique. On retrouve dans sa partie supérieure les 3 guichet du calendrier annuel, avec le premier jour du mois indiqué en roug…

Nouveautés Baselword 2014

Girard-Perregaux : « sous Trois ponts », et aussi en 3-D par Patrick Delaroche Mouvement emblématique de Girard-Perregaux depuis 150 ans, le Tourbillon sous Trois ponts  entre à Baselworld dans l’ère du design et de l’architecture tridimensionnelle. Le Néo Tourbillon  accueille un nouveau calibre, plus grand que les versions précédentes, avec une architecture étagée survolée par trois ponts en titane squeletté. Il respecte toutefois les codes identitaires des Tourbillons sous Trois Ponts : design symétrique, rouage en ligne, cage de tourbillon positionnée à 6h et micro-rotor adossé au barillet à 12h. Le verre saphir qui le recouvre tombe directement sur le bord de la carrure, ce qui permet aussi d’avoir une vue latérale sur cette construction horlogère. Et l'histoire de tourbillon ne s'arrête pas là, puisque le Salon de Bâle signe aussi la naissance d'un nouveau Tourbillon Tri-Axial sur lequel nous reviendrons prochainement. Pour vous mettre l'eau à la bouche, en voic…

Baselworld 2014

Raketa, une offensive russe en Suissepar Patrick Delaroche

Descendants d’emigrés partis de Russie lors de la révolution de 1917, le Français Jacques von Polier (directeur de la création) et le Britannique David Henderson Stewart (Président) ont entrepris il y a quelques années de faire revivre la plus ancienne manufacture horlogère du pays (elle fut fondée par Pierre le Grand). Outre trois nouvelles montres (Avtomat”, Zvezda » et « Amphybia”), Raketa arrive cette année à Bâle avec des spirals, échappements, mouvements, développés en interne et destinés... aux marques suisses. Après des fournisseurs japonais, chinois ou thailandais, pourquoi pas un Russe? Comme disait une vieille chanson : « Et tout cela fait d’excellents français » - euh, je veux dire un excellent « Swiss made ».

Droits réservés, mention obligatoire de l'auteur en cas de reproduction © Patrick Delaroche




Nouveautés Baselword 2014

Montres "Mademoiselle Privé": dans l'intimité de Coco Chanel























« Je cherche quelques éléments qui déconcertent. Ce qui compte, c’est que les éléments soient beaux» disait Coco Chanel à propos de l’intérieur de son appartement,  situé au-dessus des salons de sa maison de couture. Restauré par Karl Lagerfeld, cet endroit est devenu depuis lors un lieu de pèlerinage obligatoire pour tous les créateurs qui font leur entrée chez Chanel. En parcourant  ce petit appartement  – une entrée, un salon, une salle à manger et un bureau (pas de chambre, elle dormait au Ritz!)- on découvre un grand nombre  d’éléments devenus indissociables d'un style indémodable: l'or, le matelassé, les chaines,etc. La nouvelle collection de montres de joaillerie Mademoiselle Privé  s’inspire des objets dont elle s’entourait. C'est le cas notamment d'un set de deux montres Décor Coromandel qui reprennent les motifs de ses précieux paravents chinois, l’une dans une miniature peinte sur un…

Nouveautés

L’"orange mécanique" de Bell & Ross

En prélude aux annonces qui seront faites cette semaine à Baselworld, voici une nouvelle interprétation du célèbre « instrument  de bord » de Bell & Ross au format 42 mm, la BR 03-94Carbon Orange.Nous voulons bien croire, comme l’explique le communiqué de presse, que cette touche de couleur qui souligne les fonctions du chronographe (mécanique automatique ETA 2894) en facilite la lisibilitépour les pilotes. Ce qui est sûr en tous cas, c’est ce que ce coloris éclatant ensoleillera joliment le poignet des futurs possesseurs de cette montre qui pourront l’emmener se baigner sans problème (étanche à 100m). Edition limitée à 500 exemplaires, PV 4 500 euros.

Marques

Patton Watches : « Debout, les morts ! »
Convoqué par le patron d’ICE-Watch à Bastogne vendredi dernier à 14h14 (pourquoi pas 14-18, tant qu’on y est ?)  pour rendre public« l’acquisition d’une marque horlogère», l’annonce valait-elle le voyage  en Ardenne? Patton Watches, jeune marque française (6 personnes basées à Lorient) se transformera peut être en une nouvelle pépite horlogère grâce au génie marketing de Jean-Pierre Lutgen, et au talent de ses designers. Pour l’heure, leur intervention s’est limitée à placer quelques touches de couleur sur une collection de montres sportives en sommeil, qui dans sa configuration actuelle  n’a que le mérite d’exister et d’être Swiss made. Rien de très original en effet dans ces modèles qui mélangent des influences Bell & Ross (le graphisme du cadran), Breitling (les ergots de protection du verre) et Panerai (le protège-couronne),  et qui pour être majoritairement motorisés par du quartz (Ronda)  ne paraissent pas plus accessibles que tant d…

Avant-première

Hybris Artistica, vitrine créative de Jaeger-LeCoultre
La manufacture du Sentier vient d'ouvrir ses portes à quelques journalistes afin de leur présenter en avant-première sa nouvelle collection Hybris Artistica. Celle-ci a pour but d'illustrer la créativité de la marque dans le domaine esthétique, comme le faisait déjà Hybris Mechanica sur le plan technique.  Aucun fil conducteur ici, sinon une liberté totale qui a été laissée aux équipes de Jaeger-LeCoultre d'utiliser les multiples ressources internes de la "grande maison" (son surnom dans la vallée de Joux) pour ouvrir de nouvelles voies dans le design horloger. Bref, l'équivalent de ce que représente un défilé de haute couture dans le domaine de la mode, avec un foisonnement d'idées époustouflantes appelées pour certaines à se retrouver un jour prochain dans les collections commerciales de la marque. Réalisés selon les cas en pièce unique ou édités à trois exemplaires, les 10 garde-temps constituant …

Communication

Une Richard Mille qui fait le poids

Baptisée "l'horloge porte-bonheur", la plus récente création de Richard Mille vient d'être remise au Maire de la ville de Québec où l'on pourra bientôt l'admirer dans les jardins de l'Hôtel de Ville. Les ponts du centre sont ceux d'une RM 003, les autres ceux d'une RM 055, tandis que la platine rappelle celle d'une RM 055. Bref, on est bien face à une Richard Mille sauf que... Cette pendule devient le produit le plus extrême de la marque, puisque comparée à une montre, ses composants ont des dimensions de 300 à 500 fois supérieurs pour un poids 100 000 fois plus important que la RM 27-01 Rafael Nadal. Sachant que cette dernière est vendue 600  000 euros, on espère sincèrement que le constructeur de l'horloge a revu ses coûts à la baisse avant de faire un tel cadeau (qui d'ailleurs me fait penser à une machine à sous).


Plus sérieusement, la présentation de cette pièce est l'aboutissement d'un…

Distribution

Hall of Time accueille Rolex et Tudor

Depuis le 8 mars l'enseigne horlogère de la Place Wiltcher’s  à Bruxelles  propose à sa clientèle l'ensemble des gammes Rolex et Tudor. La marque à la couronne et sa petite soeur (désormais très émancipée!) rejoignent ainsi dans ce bel écrin contemporain tout le gratin de l'horlogerie de luxe: Cartier, Hublot, Jaeger-LeCoultre, IWC, Blancpain; mais aussi, en exclusivité pour la Belgique (ou même le Benelux) les plus belles pièces de Parmigiani Fleurier, Jacquet Droz et De Bethune, ainsi que dans un créneau plus abordable, Bell & Ross, Baume & Mercier, BRM, Louis Erard,et  Pequignet. Le tout servi par une équipe de vrais passionnés d'horlo- eh oui, cela existe encore!
Hall of Time, 75R avenue Louise – 1050 Bruxelles – 02 539 34 50
www.halloftime.be <http://www.halloftime.be>

Marques

Christophe Claret abat ses cartes « J’aime bien faire des montres qui ne donnent pas envie de bailler quand on les regarde. Des montres avec lesquelles on puisse s’amuser, qui proposent d’autres activités que de simplement regarder l’heure, » dit Christophe Claret. « Mais malgré tout, ce ne sont pas des jouets ! ». En marge du dernier SIHH nous avons pu découvrir le troisième volet de sa collection Casino Game, la Poker: un mouvement automatique manufacture de 660 composants, 52 cartes à jouer « battues » dans un boîtier en or et titane de 45 mm de diamètre. De quoi d’amuser des heures entre amis (fortunés),  et surtout interpeller les amateurs de haute horlogerie.

Salons

SIHH 2014, le Best Of

Communication

Polissage Photoshop pour la Rolex Daytona Platine  A l'instar des people, les portraits de montres stars sont désormais magnifiés grâce à Photoshop. Démonstration faite par le photographe Andreas Jorg qui résume en quelques minutes de vidéo deux heures de retouches destinées à rendre l'icône encore plus désirable. Superbe résultat, non? 


Manufacture

APRP, le laboratoire d’idées d’Audemars PiguetLa modernité est-elle soluble dans les traditions d’une manufacture horlogère historique? « Oui, mais... » répond Giulio Papi, l’homme à la barre d’APRP, pôle manufacturier de développement et de recherche d’Audemars Piguet. A l’origine des plus beaux mouvements créés ces vingt cinq dernières années par la marque, Giulio Papi résume ainsi la voie qu’il  a tracée: « Je suis partisan de l’innovation, mais sans dénaturer l’esthétique, ni négliger la fiabilité, » dit-il. « Et le tout en même temps, c’est très compliqué à réaliser ».


Cela fait maintenant dix ans que APRP dispose de l’outil industriel idéal pour fabriquer des garde-temps d’exception: une manufacture ultramoderne de 2800 m2 où œuvre une équipe de 145 personnes. Bon, mal an, le site du Locle produit 850 calibres de (très) haute horlogerie, pour moitié destinés à Audemars Piguet, et pour l’autre livrés à des marques tierces, comme Richard Mille ou A.Lange & Söhne. Quand on l’inte…

Tendance

Une mécanique du désir





















La guerre des poignets aura-t-elle lieu? Les premières montres intelligentes viennent à peine d’apparaître que déjà des cabinets d’études prédisent qu’il s’en vendra cinq millions cette année. Peut-on vraiment imaginer porter deux objets relativement imposants? La réponse est évidemment non, à moins que la “marque à la pomme”n’arrive bientôt avec une création assez fine – un ruban de verre souple? – pour pouvoir coexister avec une montre-bracelet traditionnelle. Si cette nouvelle concurrence venue de l’univers informatique risque donc d’asséner un rude coup aux montres de moyenne gamme essentiellement motorisées avec du quarz, elle ne devrait cependant pas freiner l’irrésistible marche en avant de l’horlogerie mécanique. En 2013, les horlogers nous prouvent une nouvelle fois qu’ils sont aussi habiles à engrener les rouagesde la passion humaine que ceux de leurs précieuses mécaniques. Les protagonistes de la séquence émotion sont déjà bien connus. Ce sont des mon…

Co-branding

Breitling et Bentley : ça roule !

























Signe de leur bonne entente, c’est au siège bruxellois du constructeur britannique que les deux marques viennent de fêter les dix ans d’un mariage heureux. L’occasion pour elles de montrer à la presse belge leurs plus récentes nouveautés : chez Bentley, la Flying Spur, une quatre portes tout confort mais au tempérament de feu ; chez Breitling for Bentley, les chronographes « 30 secondes », GMT et Unitime équipés de moteurs maison. Les calibres BO4 GMT et B05 Unitime s’adressent en priorité aux grands voyageurs, obligés sans cesse de jongler avec les fuseaux horaires ; le tout  nouveau calibre B06 « 30 secondes » quant à lui révèle à travers la vitesse de rotation inhabituelle de sa trotteuse un dispositif ingénieux pour pouvoir lire clairement le 1/8e de seconde sur le cadran. 


Article complet dans BIG BOOK WATCH, en librairie.

©Patrick Delaroche. Toute reproduction interdite sans autorisation de l'auteur. Droits cessibles.

Stratégie

Hamilton dégaine ses calibresSwatch Group peut être fier du cousin américain, tombé dans son escarcelle en 1984 et rapatrié en Suisse dix-neuf ans plus tard. Hamilton aura été l’une des marques les plus prolifiques du dernier Baselworld, avec 68 nouveautés présentées en 2013.Le record est d’autant plus remarquable que la prise des risques n’était pas  au programme de la majorité des autres exposants.En outre, les nouvelles références de Hamiltonne se limitent pas à de simples évolutions cosmétiques sur ses deux principaux territoires d’expression – les classiques américains Jazzmaster, et la Khaki, montre typée militaire.Elles se caractérisent surtout par une montée en puissance de calibres mécaniques spécifiquement dédiés à la marque, fait rarissime dans son segment de prix, de 400 à 1600 euros. Cette stratégie se manifeste cette année par une large utilisation de nouveaux mouvements : chronographes (H-21 et H-31), squelette (H-20-S), régulateur (H-12). Quant à l’avenir, peut-être se…

Evolution

Pequignet, French touch contre Swiss made

Pequignet a soufflé en 2013 ses 40 bougies dans un climat d’optimisme retrouvé après les années difficiles qui avaient suivies le départ de son fondateur. Nouvelle équipe dirigeante, nouvelle stratégie, nouveaux modèles, avec en filigrane l’ambition de faire renaître une filière horlogère 100% française. Désormais le prix d’entrée de la collection manufacture Rue Royale est de 3800 euros, avec réserve de marche et petite seconde.. Un sacré pavé dans la mare horlogère si l’on considère que ce mouvement automatique bénéficie du dépôt de...9 brevets ! Aujourd’hui, la nouvelle équipe s’est aussi attelée à un autre chantier, en relançant des montres fashion et traditionnelles de Pequignet. On pourra déjà se faire une idée de cette nouvelle évolution à travers 6 séries limitées « 40e anniversaire»,  homme et femme, depuis peu dans les vitrines. Il s’agit  d’un très joli travail de restyling autour d’un modèle Equus créé en 1987 par Emile Pequignet po…