Accéder au contenu principal

Swatch Touch Zero One vs Apple Watch: effet d’annonce mais fausse réponse


Swatch Touch Zero One, 135 euros (sortie août 2015)

A quelques jours de l’ouverture de Baselworld, le plus grand salon de montres du monde, le géant  de l’horlogerie Swatch Group abat ses cartes. Ses deux marques de plus grand volume, Swatch et Tissot, commercialiseront dès le mois d’août prochain des montres connectées. La première d’entre elles a été dévoilée hier, et force est de constater qu’elle n’apporte pour l’instant rien de nouveau. Développée pour les besoins des amateurs de beach-volley (dont la marque parraine un tournoi mondial), la Touch Zero One offrira des fonctions « aussi utiles et ludiques » (sic) que « compter les pas et les applaudissements, mesurer la force de frappe ou encore convertir les calories dépensées… en équivalent glaces.” C’est sûr, ça amusera les enfants, qui pourront transmettre sans fil à un ordi ces intéressantes statistiques pour analyse par un programme dédiée (PC, pas Mac bien sûr). Et le boss du groupe Nick Hayek annonce déjà des Swatch Touch Zero Two et Zero Three, tournées vers d’autres sports.
Cela ne vous rappelle rien ? Nous si ! C’est que font déjà avec beaucoup plus de fonctionnalités utiles des produits de marques non horlogères mais très appréciés des  sportifs, comme par exemple la Garmin Fenix 3.En réalité, on devine que la présentation précipitée de la Touch Zero est surtout un coup de com’  de Swatch pour marquer son territoire à quelques semaines de la commercialisation de l’Apple Watch.Les vraies innovations arriveront plus tard grâce à des développements autour de la puce sans batterie NFC utilisée sur la Swatch Touch qui dit-on pourrait être embarquée sans grand problème dans une montre mécanique classique protégée contre le magnétisme, comme les Omega co-Axial. A suivre.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rolex Master-GMT II v/s Tudor Black Bay GMT

Après avoir passé ces dernières années à se distancer l’une de l’autre, les deux marques du groupe Rolex revendiquent cette année leurs racines communes en remettant simultanément en vedette leurs montres GMT respectives. Malgré d'évidentes ressemblances, ce sont cependant des montres très différentes. Trouvez les « 7 erreurs »… 





Réponses :1. Le boitier ROLEX- Diamètre de 40mm en acier Oystersteel (alliage exclusif), ou en acier Oysterseel et or Everose 18 ct, ou en or Everrose 18 ct, étanche à 100m. TUDOR : Diamètre de 41mm, en acier satiné et brossé, étanche à 200 m.
2. La lunette ROLEX -  Tournante bidirectionnelle avec disque Cerachrom gradué 24 heures bicolore en céramique rouge et bleue – dans les teintes « Pepsi » qui rappellent le modèle d’origine (1955). TUDOR - Tournante bidirectionelle avec disque en aluminium éloxé bordeaux/bleu mat  gradué sur 24 heures.
3. Le cadran ROLEX - Noir laqué avec date sous loupe "cyclope", index et aiguilles luminiscentes  (Chromalight) …

HYT H1: heure liquide et carte à puce inviolable

Avec la montre H1 de HYT (pour: hydro-mechanicals horologists), le temps s'écoule vraiment sous nos yeux puisque cela se fait sous forme liquide...  
Pour résumer, le mouvement mécanique actionne, par l'intermédiaire d'un piston, deux soufflets qui provoquent le déplacement progressif d'un liquide fluo dont le niveau indique l'heure. Bluffant!
Consacré "montre la plus innovante de l'année" lors du Grand Prix de l'Horlogerie de Genève 2012, la H1 devrait commencer à être disponible en janvier prochain. Chez Ginotti (Anvers), seul point de vente de la marque en Belgique, on l'annonce à des prix variant selon l'exécution de 40 000 (titane) à 60 000 euros (or rose).  
Une innovation pouvant parfois en cacher une autre, les futurs acquéreurs de cette montre hybride découvriront dans son écrin les "clés" d'un nouveau système d'authentification (Wiseauthentic Service) - une carte de garantie digitale accompagnée de son lecteur. La …

Baselworld 2014

Raketa, une offensive russe en Suissepar Patrick Delaroche

Descendants d’emigrés partis de Russie lors de la révolution de 1917, le Français Jacques von Polier (directeur de la création) et le Britannique David Henderson Stewart (Président) ont entrepris il y a quelques années de faire revivre la plus ancienne manufacture horlogère du pays (elle fut fondée par Pierre le Grand). Outre trois nouvelles montres (Avtomat”, Zvezda » et « Amphybia”), Raketa arrive cette année à Bâle avec des spirals, échappements, mouvements, développés en interne et destinés... aux marques suisses. Après des fournisseurs japonais, chinois ou thailandais, pourquoi pas un Russe? Comme disait une vieille chanson : « Et tout cela fait d’excellents français » - euh, je veux dire un excellent « Swiss made ».

Droits réservés, mention obligatoire de l'auteur en cas de reproduction © Patrick Delaroche